skip to Main Content

Durant les 6 prochaines années, nous agirons concrètement pour faire de la Normandie une terre d’avenir, d’emploi, de sécurité et de proximité. Une région à votre service, écologique, sociale, constructive, et dynamique.

Sécurité

  • Créer un grand plan de soutien et de modernisation des forces de police municipale afin de prendre nos responsabilités dans la sécurisation des espaces publics, l’installation de la vidéoprotection et l’accompagnement des collectivités, lutte contre la radicalisation. 
  • Désigner un conseiller régional en charge de la sécurité.
  • Mettre en place des cellules de détection précoce du mal-être des jeunes et/ou du harcèlement physique ou sur internet, en relation avec les personnels de l’éducation et des services de santé. Faire intervenir des associations en milieu scolaire pour sensibiliser. Soutenir la détection et la lutte contre la radicalisation.
  • Financer des diagnostics « cybersécurité » pour les collectivités, établissements de santé et infrastructures portuaires (en lien avec l’État – Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information) → renforcer la résilience numérique des territoires et la protection des données.
  • Poursuivre la sécurisation des établissements scolaires et de leurs abords (installation de vidéo-protection…).

 

 

Santé

  • Favoriser l’installation de médecins généralistes accessibles à moins de 20 minutes de tous les Normands. Nous y consacrerons 8 millions d’euros par an pour installer 100 nouveaux médecins salariés.
  • Inciter les jeunes professionnels de santé à s’installer en Normandie, en leur accordant une bourse d’études sous réserve qu’ils s’engagent à exercer en Normandie pendant une durée de 5 ans dès la fin de leurs études.
  • Déployer des cabinets médicaux mobiles.
  • Déployer la télémédecine dans les structures existantes en lien avec les départements (CMS) et les EPCI (France Services).
  • Participer au financement du programme d’investissement des établissements de santé les plus en difficultés. 
  • Soutenir les projets ayant une plus-value « santé » auprès de personnes éloignées de la pratique sportive (projets portés par des collectivités, des associations, des établissements de santé ou des entreprises).
  • Soutenir les infrastructures sportives, les projets de parcours sportif et nature portés par les collectivités et les aider à s’emparer du design actif (aménagement urbain de sport santé inclusif). 
  • Offrir une mutuelle pour animaux domestiques, accessible à tous les Normands à un prix raisonnable. Une offre d’achat groupée rendra cela possible.
  • Soutenir les associations de protection animale notamment pour réaliser des travaux dans les refuges et pour soutenir les bénévoles. 

 

Développement économique, attractivité, tourisme

  • Créer des guichets uniques de proximité pour les aides aux entreprises.
  • Réalisation d’un audit de l’agence de développement pour la Normandie afin d’accroître son efficience et rationaliser ses dépenses.
  • Délocaliser le soutien aux entreprises au plus près des territoires et des collectivités. 
  • Mieux prendre en compte l’accompagnement économique dans les contrats de territoires. 
  • Réunir des assises pour la reprise de l’activité économique en Normandie.
  • Mettre en place une task-force pour accompagner la reprise de l’activité (Région, État, EPCI etc.) et chargée du suivi individuel des entreprises fragilisées et de l’appui dans les réponses aux appels à projet lancés par l’État. 
  • Accompagner les entreprises normandes dans la relance de leur activité grâce au plan France Relance.
  • Amplifier les dispositifs régionaux pour faciliter la relance des entreprises impactées (abandon/transformation de créances, report d’échéances, seconde demande de PGE etc). 
  • Accroître les capacités d’intervention du fonds Normandie Participation (passer à 100 M€ dès 2021) pour accélérer les prises de participation de la région dans les entreprises (start-up, PME, ETI).
  • Soutenir les restaurateurs via une prise en charge d’une partie des frais liés à la réalisation de travaux/aménagements en lien avec la pandémie (exemples : terrasses, structures extérieures pour accueillir les clients en extérieur et augmenter la capacité d’accueil, etc).
  • Anticiper les besoins en compétences des entreprises (avec la CCI, Pôle Emploi, les Missions Locales) dans les nouveaux métiers. 
  • Lancer un plan de relocalisation des entreprises en Normandie, en particulier sur certaines filières (santé, chimie, automobile, lin).
  • Structurer la filière de services d’aide à la personne, de la silver économie et du soutien aux aidants.
  • Aider à l’implantation des petits commerces et des petits artisans en centre-ville et en zones rurales.
  • Aider les communes et les intercommunalités dans leurs projets via un outil financier dédié.
  • Mettre en place une « école industrielle » normande, pour former les jeunes en situation d’échec scolaire aux métiers de l’industrie.
  • Favoriser l’accès à la commande publique pour les entreprises normandes.
  • Créer un volet start-up dans l’agence Normandie Participation.
  • Mise en place de bourses pour projet de recherche à fort potentiel pour la Normandie (industrie, innovation, chimie, transition écologique).
  • Créer un fonds de prêt à l’innovation sociale pour développer l’achat responsable et local.
  • Promouvoir les investissements étrangers en Normandie et signer des contrats d’implantation avec les entreprises candidates.
  • Monter une task-force “diplomatie économique” pour appuyer le développement des entreprises normandes à l’international dans de nouveaux pays, en lien avec le Ministère des affaires étrangères.
  • Accompagner les projets d’évolution et de diversification des activités industrielles (agroalimentaire, santé, énergie, numérique et logistique, chimie-pharmacie). 
  • Mobiliser massivement le dispositif “Territoires d’Industrie” afin de faire de l’industrie un axe fort du développement de nos territoires autour des priorités suivantes : recruter, innover, attirer et simplifier. 
  • Adapter l’économie régionale au vieillissement de la population. 
  • Faciliter les reprises-transmissions d’entreprises. 
  • Mettre en place un portail numérique dédié à l’artisanat et aux commerces normands. 
  • Aider les commerçants qui veulent développer leurs ventes sur internet. 
  • Élargir les critères d’accès aux aides en faveur des micro-projets d’entreprises.
  • Appuyer la mise en place de filières économiques, sociales et solidaires (ESS) (circuits courts, mobilité écologique etc). 
  • Mettre en place un « Fonds Tourisme Normandie » à destination des entreprises du tourisme pour accompagner l’évolution et la diversification de l’offre touristique (montée en gamme, émergence de nouveaux concepts touristiques, développement en zones rurales, numérisation).
  • Soutenir les grands événements nautiques, dont l’Armada à Rouen en 2023.
  • Former les professionnels du tourisme aux langues étrangères ; aide à la traduction des sites internet et brochures touristiques.
  • Favoriser le recrutement des saisonniers, à travers la création de maisons/foyers d’hébergement dans les villes touristiques pour pérenniser l’activité touristique et les emplois => action en lien avec les collectivités et Action Logement. 
  • Clarifier et rationaliser les rôles des différents acteurs régionaux : service tourisme de la Région, Comité régional du Tourisme, Agence de Développement pour la Normandie et Normandie Attractivité.
  • Mise en place d’un chèque “découvertes vacances” pour les Normands pour rembourser des nuitées/repas passés dans un établissement hôtelier/restaurant de la région (favoriser la reprise du tourisme en Normandie et promouvoir le tourisme normand). 
  • Formations à l’évolution de l’offre touristique, vers une clientèle plus nationale et à plus forte valeur ajoutée, développer des stratégies marketing visant à valoriser les territoires normands. 
  • Organiser une grande campagne marketing de la Normandie et ses territoires (TV, métro parisien, etc).
  • Déploiement du Pass Ambassadeur Normandie en lien avec la fédération des offices du tourisme, afin d’inciter les normands à la découverte des activités touristiques disponibles en Normandie. 
  • Valoriser et aménager le sentier du littoral normand en lien avec le conservatoire du littoral. 
  • Développer le tourisme vert et le tourisme à vélo.
  • Soutenir les jeunes entreprises créées en 2019 (non éligibles aux aides de l’Etat en raison de leur manque d’antériorité financière) : prêts participatifs, aides spécifiques, aide à la négociation éventuelle de l’allongement de la durée des prêts garantis par l’Etat (PGE) pour permettre une  reprise d’activité dans de bonnes conditions.
  • Valoriser des dépenses d’insertion pour les entreprises devant accomplir des travaux d’aménagement pour PRM ; 
  • Étendre le dispositif de véhicule 1 euro par jour pour l’achat d’un véhicule adapté PMR afin d’étendre la recherche d’emploi à tous ; 
  • Augmenter le nombre de personnes à mobilité réduite et en situation de handicap au sein de l’administration régionale. 
  • Rendre accessible le tourisme et les espaces naturels aux personnes en situation de handicap.

 

Mobilités

  • Adapter les horaires aux besoins professionnels réels (amplitude horaire, fréquence, fréquentation).
  • Lancer une concertation régionale ferroviaire, associant tous les acteurs (usagers, collectivités, État, SNCF etc). 
  • Assurer la transparence sur les statistiques ferroviaires (retards, annulation). 
  • Mieux relier les principales villes normandes entre elles (Rouen, Le Havre, Caen) et avec leur bassin de vie (mettre en place un service express métropolitain).
  • Renforcer certaines lignes locales pour mieux relier les territoires normands entre eux ou avec les régions limitrophes (exemple : Caen-Alençon-Le Mans-Tours). 
  • Améliorer la desserte des principaux points touristiques normands. 
  • Accélérer le calendrier de réalisation saut-de-mouton pour désengorger Paris-Saint-Lazare.
  • Mettre en place des bus temporaires de nuits ou de week-ends en cas de travaux sur des lignes ferroviaires. 
  • Disposer de trains de secours avec un équipage, à Caen et à Rouen, pour suppléer à un défaut entraînant un retard de plus de 30 minutes. 
  • Mettre en concurrence la SNCF sur certaines lignes de la région pour gagner en qualité de service et en ponctualité. 
  • Mettre en place un Pacte tripartite Région/État/SNCF réseau pour s’assurer du soutien de l’État face à SNCF réseau. 
  • Poursuivre les travaux de modernisation du réseau national (Cherbourg-Caen-Paris, Paris-Granville) et régional. 
  • Poursuivre les travaux de rénovation, de sécurisation et d’accessibilité des gares. 
  • Accélérer le projet LNPN : avoir la partie Mantes-Évreux avant 2030 afin de faire d’Évreux, la première gare de Normandie. Rassembler les Normands sur ce sujet pour le financement et obtenir les garanties sur l’échéancier et le financement de la première phase de la LNPN (section Paris-Mantes). 
  • Mettre en place un site et une application mobile uniques Nomad pour tous les transports. 
  • Développer les aides aux transports pour les familles modestes. 
  • Permettre l’achat de titres de transports par SMS (bus Nomad).
  • Harmoniser les grilles tarifaires des bus sur toute la région et les tarifs ferroviaires interrégionaux (avec l’Île-de-France notamment).
  • Anticiper l’arrivée du RER Eole à Mantes-la-Jolie.
  • Construire un réseau de transports publics reliés entre eux.
  • Aider à la mise en place d’un réseau local de transports collectifs et durables (accompagner la prise de compétences mobilités des EPCI). 
  • Appuyer les projets de navettes autonomes portés par les collectivités. 
  • Maintenir plusieurs arrêts de transports scolaires par commune, en concertation avec les élus locaux.
  • Mener une politique régionale du vélo.
  • Mettre en place une prime directe à l’achat de vélo électrique en complément de celle des collectivités. 
  • Augmenter la prime à l’acquisition de véhicule électrique, en particulier pour les familles à revenus faibles.
  • Créer un maillage fin de stations de bornes électriques à recharge rapide sur les axes normands et dans les villes moyennes.
  • Développer les mobilités liés à l’hydrogène vert (maillage de stations hydrogènes et BioGNV d’origine normande).
  • Poursuivre les investissements routiers : RN 27, BP Nord de Caen, RN 12, RN 13 (déviation sud-ouest d’Evreux), accès du pont Flaubert en rive gauche (RN1338), D924 entre Argentan et Flers.
  • Fluidifier la circulation autour des principales villes pour désengorger les centres-villes : (contournement Est de Rouen, contournement Ouest de Cherbourg).
  • Mettre en oeuvre le groupement des Aéroports de Normandie afin de construire une stratégie régionale cohérente.
  • Participer au financement des travaux de sécurisation (sans allongement) de la piste de l’aéroport de Caen.
  • Mieux relier par les transports en commun les aéroports normands à leurs bassins de vie. 
  • Développer plus d’emplacements vélos dans les trains, parkings relais, aires de covoiturage et lieux d’intérêts.
  • Mettre en place des bus Nomad propres (GPL, électrique, hydrogène).
  • Permettre la fin du diesel pour les trains : poursuivre les expérimentations (trains au Colza), étudier le projet de trains à hydrogène de la Région Pays de la Loire.
  • Participer au financement des projets d’investissement de l’axe Seine notamment d’Haropa.
  • Moderniser les ports normands pour faciliter l’accueil des bateaux et le débarquement des marchandises et des personnes, notamment dans le cadre du Brexit.
  • Développer dans le cadre du BREXIT les liaisons entre l’Irlande (et l’Écosse le cas échéant) et la Normandie (notamment vers Cherbourg).
  • Accroître le cabotage à destination du Royaume-Uni.
  • Développer l’offre de ferroutage sur l’Axe Seine, et une offre au départ de Cherbourg-Milan-Munich.
  • Développer un service d’accompagnement en train des personnes en situation de handicap jusqu’au train ; 
  • Participer aux frais supplémentaires liés au déplacement des jeunes en situation de handicap notamment dans la mobilité internationale.

 

Transition écologique

  • Imposer un budget vert et la règle d’or carbone : quand une action régionale émet des Gaz à Effet de Serre, la Région doit en économiser par ailleurs. Elle créera aussi une indication des émissions de GES dans les aides accordées (l’étiquette carbone des politiques publiques) et les traduira dans un «budget vert».
  • Développer des éco-conditionnalités des aides pour aider les entreprises, les collectivités, les associations et les particuliers à améliorer leur impact carbone et environnemental.
  • Aider à la transition écologique des entreprises : la Région accompagnera les entreprises dans la réalisation et la concrétisation de plan de transition écologique. 
  • Soutenir les projets de transition écologique et de mutation bas carbone portés par les collectivités. 
  • Adapter le territoire au changement climatique : la Région soutiendra la création d’un fond d’acquisition du foncier littoral menacé par le changement climatique en lien avec le conservatoire du littoral et les collectivités. 
  • Mettre en place des actions visant à protéger les eaux souterraines (nappes phréatiques) et les cours d’eau, et à développer l’irrigation des cultures grâce à la récupération et au stockage des eaux pluviales.
  • Créer un réseau de services civiques : “les ambassadeurs de la transition” pour appuyer les projets de transition écologique des collectivités et des associations. 
  • Soutenir à l’embauche par les petites et moyennes collectivités de chargés de mission transition écologique (subvention de 30% du poste pendant 3 ans, en lien avec le dispositif jeunes diplômés). 
  • Accompagner les citoyens normands à la transition via un “chèque formation” de 25€ pour des formations/ sensibilisations dans ce thème (création d’un site formationsentransition.fr). 
  • Former les demandeurs d’emplois aux métiers de la transition écologique en finançant des formations dans le domaine (lutte contre la pollution, économies d’énergie, déchets, etc.).   
  • Encourager la mise en place de guichets locaux de la transition écologique dans les territoires. 
  • Soutenir les expérimentations innovantes des territoires (zones faibles émissions, îlots de fraîcheur, ceintures maraîchères, …) : les collectivités et les citoyens pourront proposer, dans un formalisme allégé, des projets innovants afin d’obtenir le soutien financier ou d’ingénierie de la Région.
  • Soutenir les techniques innovantes dans le bâtiment que ce soit pour la construction (matériaux biosourcés notamment), l’usage (aider la réversibilité) et la démolition (filière de recyclage des déchets du bâtiment).
  • Zéro fioul en Normandie à la fin du mandat : aide pour le changement des chaudières fioul au bénéfice des familles. L’objectif du gouvernement étant de l’atteindre au plan national en 2029, il s’agit là de financer la fin des chaudières fioul en attribuant une aide supplémentaire de la Région pour un reste à charge limité des ménages en fonction de leurs revenus. La Normandie sera la première région sans fioul en 2026.
  • Simplifier les aides et les démarches de rénovations thermiques (expérimenter le rachat d’aides, la Région se substituera aux demandeurs (y compris l’État) et versera une aide unique qui sera la somme de toutes les autres afin de limiter le reste à charge, notamment pour les ménages les plus fragiles. 
  • Accélérer la rénovation thermique des logements des particuliers, des logements sociaux, des lycées et CFA, des bâtiments des entreprises et aider à l’installation de panneaux photovoltaïques et autoconsommation. 
  • Atteindre l’objectif 100% des déchets triés, recyclés ou valorisés en 2030. 
  • Créer un service régional de la réparation favorisant le réemploi.
  • Mener une politique régionale de renaturation.
  • Mettre en place un plan “bocage normand” avec une aide financière à la plantation de haies bocagères et obtenir un classement du bocage Normand au patrimoine mondial de l’Unesco. 
  • Création d’au moins une nouvelle réserve naturelle régionale par département et multiplier les espaces de “libre évolution” en forêt ou sur le littoral. Protéger, valoriser et restaurer le réseau de sentiers pédestres qui maillent la Normandie. 
  • Soutenir les projets de création de ceintures vertes autour des villes (productions agricoles mais aussi médiation alimentaire avec les habitants et espaces de loisirs). 
  • Réintroduction d’espèces notamment le cerf en forêt de Brotonne mais aussi des espèces piscicoles dans les rivières. 
  • Création par la Région d’un syndicat mixte “Forêts de Normandie” pour gérer le patrimoine forestier, parfois en achetant des parcelles, soutenir la diversité des essences à protéger les espèces rares typiquement normandes. Il s’agira aussi d’aider les pépinières à répondre à la demande croissante en arbres. 
  • Mettre en place un plan « abeilles normandes » : développer l’apiculture et l’installation de ruches par les particuliers et les collectivités.
  • Soutenir les actions de dépollution et de reconversion des anciennes friches industrielles.
  • Appuyer le développement et l’usage des EMR et de la biomasse : la Normandie, qui a le premier gisement éolien en mer de France, amplifiera la structuration de la filière : formation, professionnalisation, etc. Même démarche pour la biomasse. La Région impulsera une vraie dynamique pour être leader en ce domaine. Elle accompagnera aussi les progrès de l’hydrogène. 
  • Porter la part des produits normands bio dans les lycées et les centres de formation à 30% et celle des produits locaux à 80%, en lien avec les filières agricoles et leurs représentants.
  • Mettre en place une convention citoyenne normande, avec des moyens, une composition large et ayant des missions précises. Elle aura le droit notamment d’évoquer des sujets en plénière et de donner son avis sur tout projet. Elle suivra notamment la règle d’or climatique et le budget vert. 
  • La Région, en lien avec la convention, remettra un passeport des droits et devoirs du citoyen en transition : c’est un guide à la fois des aides, des actions possibles mais aussi des devoirs chacun. 
  • Valoriser le rôle des “éco-délégués” dans les lycées avec des moyens mis à leur disposition et impulser des conventions climatiques d’établissements pour les lycées volontaires. 
  • Création d’un centre de formation régional à la transition alimentaire. Former les cuisiniers de la restauration scolaire des collectivités mais aussi du collectif privé voire des restaurateurs. 
  • Soutenir la plantation d’un million d’arbres en Normandie en 10 ans (co-financement des communes (25% par an du coût de plantation). Mener des actions de renaturation dans les lycées (micro forêt dans chaque lycée où cela est possible) et les centre de formation.
  • Encourager la gestion forestière écologique et préserver la biodiversité. 
  • Accompagner des méthodes d’exploitation forestière responsables. 
  • Soutenir la transformation locale du bois et les petites et moyennes scieries. 
  • Moderniser les unités de transformation du bois pour répondre aux évolutions du marché. 
  • Favoriser le regroupement de la gestion forestière et des exploitations trop morcelées. 
  • Améliorer des équipements en forêt : chemins de débardage, routes forestières. 
  • Sensibiliser le grand public sur les dimensions écologique et économique de la forêt. 

 

 

Jeunesse

  • Lutter contre la précarité des étudiants : pérenniser le dispositif des repas à 1€.
  • Étendre la mise à disposition de protection menstruelle dans les lycées.
  • Organiser une journée de sensibilisation aux violences faites aux femmes et aux discriminations LGBT.
  • Proposer un chèque permettant une consultation individuelle annuelle d’un urologue/gynécologue.
  • Mettre en place un Pass mobilité jeune permettant l’accès, avec une seule carte à tarif préférentiel, aux différents moyens de transports publics normands (train, tram, bus, vélos…)
  • Permettre l’achat des titres de transports en bus Nomad par SMS
  • Créer une Garantie Jeune Avenir : Nous financerons le premier pas dans la vie active pour les jeunes. Cette aide d’un montant allant jusqu’à 3 000 € pourra être utilisée pour le financement d’un permis de conduire, d’une formation diplômante, la réalisation d’un stage, la création ou reprise d’une entreprise, en garantie logement, ou une aide à la 1ère installation. Une unique exigence, faire son premier pas en terre normande.
  • Co-financer l’installation de simulateurs de conduite dans des missions locales, pour faciliter la mobilité des jeunes ruraux, afin de faciliter l’obtention du permis de conduire en permettant de s’entraîner à la conduite. 
  • Soutenir la mise en place de tiers lieux (de type “campus connecté”) pour permettre aux jeunes ruraux de se former à distance. 
  • Créer un grand plan Handicap 2030 pour faire de la Région Normandie la 1ère Région inclusive de France dans les domaines du sport, de la culture, du tourisme, du logement, de l’emploi et des mobilités.
  • Aider à la création et au maintien de missions de services civiques en faveur des personnes en situation de handicap. 

 

 

Orientation, formation

  • Faire de l’Agence Régionale de l’Orientation et des Métiers, un guichet unique en matière d’orientation et de formation pour chaque Normand, capable d’accompagnement personnalisé, tant digital que physique, en relation avec les services orientations de l’État, les missions locales, les acteurs économiques. 
  • Favoriser l’implantation d’antennes locales de cette agence dans les collèges, les lycées, les tiers lieux, les locaux régionaux afin d’en faire un acteur de proximité et de confiance. 
  • Organiser des salons départementaux de l’orientation tant numériques que physiques, dédiés aux collégiens, lycéens, adultes, et rassemblant les principaux acteurs de l’orientation et de la formation, et les entreprises locales et régionales. 
  • Structurer une « Réserve » de l’orientation professionnelle composée de chefs d’entreprises, de salariés, d’étudiants, de retraités à même de jouer un rôle de tuteur/mentor auprès des jeunes (politique de cordées et de parrainage) ou des demandeurs en recherche d’emploi, d’intervenir dans les établissements scolaires (formations professionnelles, enseignement supérieur).
  • Mettre en place des guichets uniques de proximité pour l’orientation, en rapprochant (physiquement) les CIO et l’Agence Régionale de l’Orientation et des Métiers des collégiens et lycéens (équipes mobiles ou antennes dans les établissements). 
  • Mettre en place un “Observatoire régional de la formation” afin de coordonner l’action de tous les acteurs pour anticiper la reprise économique sur le tissu économique normand, et adapter les offres de formation aux besoins des employeurs. 
  • Proposer la création de nouveaux internats d’excellence.
  • Proposer un catalogue numérique de formations courtes (« une formation, une compétence »).
  • Mettre en place un dispositif « un normand, un diplôme ».
  • Proposer un chèque formation de 1 000 € pour les professionnels des établissements du secteur HCR, tourisme, loisirs, culture qui accueillent du public, pour les préparer à s’approprier les protocoles sanitaires et à gérer la clientèle lors de la réouverture des établissements. 
  • Proposer des chèques formations et des stages d’immersion aux langues étrangères pour les étudiants et les professionnels concernés (tourisme, transports…). 
  • Mettre en place un portail internet régional de l’orientation et de l’emploi.
  • Mettre en place une bourse aux stages.
  • Mettre en place un système de parrainage et de mentorat de demandeurs d’emplois par des chefs d’entreprises en activité ou à la retraite, pour accompagner et encourager 5 000 demandeurs d’emplois normands par an. 
  • Poursuivre et amplifier le partenariat Région/entreprise. 
  • Mettre en place une aide financière aux entreprises pour l’embauche des jeunes en CDI à la suite d’un apprentissage ou d’un stage. 
  • Construire une reprise inclusive : cibler les dispositifs sur les populations les plus fragilisées par la crise (chômeurs longue durée, gérants, femmes au foyer, jeunes non diplômés). 

 

 

Enseignement secondaire et supérieur

  • Structurer une offre de formations de tous niveaux, pour donner l’opportunité aux Normands de tirer parti des évolutions économiques du territoire.
  • Permettre à la recherche, aux établissements d’enseignement supérieur et aux entreprises de mieux collaborer. Soutenir les projets collaboratifs et les entreprises innovantes. 
  • Financer des bourses et des chaires de recherche, dans le cadre de partenariats et de mécénats privés. Appuyer le développement de la recherche scientifique normande. 
  • Investir massivement dans l’enseignement supérieur normand pour améliorer les conditions d’études des étudiants, et les lieux d’accueil des chercheurs : rénover et moderniser (nouveaux bâtiments, rénovation thermique) les campus universitaires et les lieux de vie étudiants (logements et restaurants universitaires).
  • Mettre en place un Observatoire de la vie étudiante et des campus afin de mieux fédérer les propositions, les initiatives. 
  • Bâtir un pôle normand de l’enseignement supérieur visible et attractif aux niveaux national et international, pour s’inscrire dans la tendance nationale de fusion de grands établissements d’enseignement supérieur et les classements internationaux. 
  • Renforcer l’ouverture internationale (Asie, en particulier) en s’appuyant sur l’existant (antenne de Sciences-Po, port du Havre).
  • Développer les jumelages entre lycées/universités Normands et Britanniques. 
  • Mener une stratégie d’influence nationale pour faire venir une grande école d’ingénieur en Normandie.
  • Accélérer la rénovation énergétique et l’entretien des lycées et des universités.
  • Poursuivre les investissements visant à numériser classes et enseignements (matériels, mise en place d’équipes mobiles de maintenance et d’assistance).
  • Aider les lycées en distanciel (via le pack numérique lycéen) en se concentrant sur les publics les moins favorisés ou pâtissant de mauvaises conditions matérielles (zone blanche et sans internet haut débit). 
  • Développer les offres de stage des étudiants en médecine dans les structures recevant des personnes à mobilité réduite. 
  • Soutenir l’ouverture d’un plus large panel de formations adaptées à toutes les formes de handicap (autisme, dyslexie, handicap cognitifs, sensoriels etc).
  • Mieux accompagner, dans leur cursus, les apprentis atteints de troubles « DYS ».

 

 

Aménagement du territoire

  • Rassembler et écouter les territoires : réunir chaque année les maires et présidents d’EPCI normands.
  • Mettre en place une cellule d’appui aux entreprises impactées par le Brexit ou qui doivent trouver des marchés au Royaume-Uni.
  • Nommer un élu VP aux projets européens et au suivi du Brexit. 
  • Mettre en place de nouvelles maisons de l’Europe sur le territoire, qui soit aussi des guichets uniques d’accès aux fonds européens. 
  • Favoriser une couverture intégrale de la Région en Groupes d’Actions Locaux. 
  • Mettre en place un fonds d’amorçage dans le cadre de la mesure Leader afin de permettre le déblocage des fonds européens. 
  • Mettre en place une équipe dédiée à l’accompagnement des porteurs de projet. 
  • Simplification des procédures, dans le cadre de la mission d’audit lancée par l’État et partagée avec les Régions.
  • Aider au maintien du commerce en milieu rural.
  • Lancer des “états généraux” de la ruralité Région/État/Départements afin de définir une stratégie et des dispositifs en faveur de la ruralité. 
  • Désignation d’un conseiller régional en charge de la ruralité dans chaque département. 
  • Soutenir les structures France Services. 
  • Accompagner  les citoyens en difficulté avec les usages numériques.
  • Aider les communes pour l’installation de points d’accès Wi-Fi gratuits dans les lieux publics.
  • Proposer plusieurs types de contrats : territoires les moins vulnérables, territoires en situation de vulnérabilité (incluant une aide à l’ingénierie) et les 3 grandes aires urbaines (cf. Nouvelle-Aquitaine). 
  • Mettre en place un “guichet unique” pour accompagner les projets des collectivités. 
  • Sensibiliser les EPCI et les communes à la prise en compte des femmes, du handicap et du public LGBT dans l’espace public (label “ville inclusive”). 
  • Soutenir les projets de lieux mutualisés de télétravail, de co-working.
  • Aider à l’adaptation des logements sociaux au vieillissement et au télétravail.
  • Accompagner l’innovation dans le logement des jeunes et des personnes âgées et favoriser le logement intergénérationnel. 
  • Développer la colocation à projets solidaires. 
  • Soutenir les services et accueils de jour ainsi que les centres d’hébergement dédiés aux femmes vulnérables et leurs enfants, dont les victimes de violences intrafamiliales.
  • Aider les opérations de requalification des copropriétés dégradées.
  • Mettre en place une plateforme normande des festivals et mieux les soutenir après la crise. 
  • Soutenir la diffusion de la culture dans tous les territoires. 
    • Mise en place du “1% artistique” : pour chaque projet de construction dont elle est le maître d’ouvrage, la Région consacrera 1% des dépenses à la réalisation d’une œuvre d’art contemporaine et intégrée au projet. 
  • Soutenir le réseau des bibliothèques. 
    • Mettre en place une plateforme numérique régionale pour favoriser le bénévolat. 
  • Mise en place d’un programme de formation à la médiation culturelle.
  • Réduire les inégalités de traitement entre les disciplines et entre les territoires.
  • Préserver et valoriser le petit patrimoine protégé ou à protéger. 
  • Consolider le Sport féminin en soutenant les structures sportives, collectivités, associations et entreprises qui s’investissent dans le développement des pratiques sportives féminines, notamment par des initiatives innovantes.
  • Favoriser la pratique du sport chez les jeunes.
    • Soutenir la formation de talents sportifs régionaux en vue de compétitions. 
    • Prise en charge d’une part du coût de la licence sportive de jeunes issus de familles défavorisées, et aider au financement des licences pour les enfants de familles monoparentales à faibles revenus ou bénéficiaires d’aides sociales. 
  • Faire du Centre Sportif de Normandie un lieu d’excellence et d’accueil pour les JO de Paris 2024.
  • Créer une équipe pluridisciplinaire normande de « e-sport ».
  • Lancer des projets éducatifs et un concours régional pour la journée de l’Europe (le 9 mai). 
  • Mettre en place de nouvelles formes de coopération avec le Royaume-Uni et l’Irlande suite au Brexit et renouer des liens forts avec les îles Anglo-Normandes.
  • Promouvoir de nouvelles coopérations avec les régions côtières de la Mer du Nord, en s’appuyant sur l’intégration de la Normandie au programme européen Mer du Nord. Cette intégration a été décidée pour pallier la fin du programme France (Manche) Angleterre. 
  • Soutenir la création d’une « macrorégion atlantique » (France, Irlande, Espagne et Portugal). 
  • Valoriser le caractère maritime de la Normandie en organisant un forum mondial de la mer. 
  • Créer une semaine du jumelage pour soutenir des événements mutualisés intercomités. 

 

 

Agriculture 

  • Encourager financièrement les agriculteurs en privilégiant les investissements et les démarches collectives, favoriser le stockage agricole du carbone (financer des bilans carbone avec plan d’action sur 5 ans).
  • Développer les systèmes assurantiels couvrant les risques de la transition écologique. 
  • Garantir les revenus des agriculteurs face aux fluctuations des marchés : construire un Instrument de Stabilisation des Revenus avec les filières et l’appui des fonds UE.
  • Aider les propriétaires fonciers privés à préserver les haies, les rives des rivières, et la qualité des eaux.
  • Appuyer les dynamiques au sein de la filière agroalimentaire, entre entreprises et start-up Food Tech pour développer des innovations en matière de haute qualité alimentaire. 
  • Accompagner le développement de filières normandes performantes : céréales, cidres, lait, lin, viandes, légumes…
  • Accélérer le développement des cultures de protéagineux pour l’alimentation animale et humaine (quinoa, lentilles, pois chiche). 
  • Moderniser et donner de la visibilité à la marque collective “Saveurs de Normandie”.
  • Organiser une filière locale venaison pour limiter l’import de gibiers.
  • Défendre et promouvoir les races normandes.
  • Assister l’organisation de circuits de proximité pour l’approvisionnement des cantines.
  • Appuyer le développement des entreprises normandes sur le marché parisien, pour approvisionner les cantines parisiennes. 
  • Proposer aux territoires de contractualiser des projets territoriaux alimentaires associant les acteurs de la filière alimentaire. 
  • Proposer des contrats territoriaux de transition agro-écologique. 
  • Piloter un plan de développement des bioénergies. 
  • Développer la filière équine (recherche, innovations) et Normandie équine Vallée. Créer un événement international annuel au Haras du Pin servant de vitrine à la filière équine. 
  • Favoriser des processus innovants de création/reprise d’exploitation (pépinières, coopératives d’activité, financements en capitaux extérieurs, …). 
  • Faire de la Normandie un territoire d’excellence dans la recherche et l’innovation agricole. 
  • Construire une politique régionale pour la relève agricole ayant pour objectifs l’équilibre entre les différentes formes d’agriculture, entre les tailles d’exploitation et la valorisation de la diversité des territoires normands. 
  • Mettre en place un observatoire indépendant du foncier agricole pour une information transparente sur les transactions. 
  • Favoriser l’émergence d’un pôle de transfert sur les révolutions technologiques (agro-écologie numérique). 
  • Encourager la création d’un pôle de recherche agricole associant les acteurs publics et privés. 
  • Étendre le réseau des farm labs. 
  • Créer un service mutualisé d’aide au remplissage des dossiers de subventions FEDER/FEADER.
  • Accompagner les porteurs de projets. 
  • Former et coordonner les agents chargés des dossiers européens dans les collectivités et les GAL des LEADER. 
  • Simplifier la foison d’aides agricoles et les regrouper dans des contrats de transition individuels et territoriaux.

 

Pêche et aquaculture 

  • Poursuivre la modernisation des filières pêche et aquaculture et soutenir l’installation des jeunes pêcheurs et aquaculteurs.
  • Moderniser les infrastructures de pêche et d’aquaculture en épaulant les initiatives visant à conserver les droits de pêche normands. 
    • Renforcer les liens entre la Région et les îles anglo-normandes : mettre en place une charte d’amitié et de coopération. 
    • Mettre en place une cellule de veille et d’actions sur les difficultés des professionnels de la Région. 
    • Subventionner une expertise juridique d’accompagnement. 
  • Contribuer à la diversification des nouvelles cultures aquacoles (algues, autres coquillages).
  • Promouvoir le développement des marchés de produits conchylicoles.
  • Favoriser le développement des marchés en promouvant l’identification régionale.
  • Soutenir les marchés par des actions de communication au niveau régional et national. 
    • Accompagner les politiques de qualité et d’identification des produits de la mer. 
  • Installer un Vice-président de la Région chargé spécifiquement des relations avec les pêcheurs et des sujets maritimes. 
  • Accompagner la réalisation d’audits pour les acteurs afin d’améliorer la sécurité sur les bateaux. 
  • Favoriser les groupements d’employeurs en aquaculture qui aident à fixer les travailleurs sur les territoires. 
  • Accompagner les actions professionnelles de connaissances et de gestion des ressources. 
  • Accompagner les acteurs dans l’automatisation des déclarations de vente pour mieux connaître la production. 
  • En aquaculture : aider à l’amélioration de la qualité sanitaire des eaux d’élevage, encourager les bonnes pratiques d’élevage, soutenir les recherches sur les causes de mortalité. 

 

Proximité et exemplarité

  • Création d’un numéro unique “ Allô Normandie” pour que tous les Normands puissent joindre, chaque jour, par téléphone, un élu de la Région et trouver une réponse à leurs questions.
  • Mettre en place des pénalités en cas d’absence. Tout élu indemnisé qui, sans excuse valable, manquerait 3 séances consécutives du Conseil ou une séance de commission, dont il est membre, verra ses indemnités réduites de moitié. 
  • Créer une obligation de représentativité géographique pour tous les conseillers régionaux de la majorité afin que plus une seule ville ne soit oubliée ou délaissée.
Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter

Vote Par Procuration

Absent(e) le 20 ou 27 juin ?
Faite une procuration

Un membre de l’équipe peux vous accompagner dans cette démarche.
06 52 08 92 91

Back To Top